Kaysersberg

Église Sainte-Croix

Présentation

La nef principale et le portail datent d’une campagne de construction qui se situe entre 1230 et 1235. Cet édifice est un exemple d’art roman tardif, contemporain de l’atelier chartrain qui introduisit le style gothique dans le croisillon sud de la cathédrale de Strasbourg. Le tympan du portail représente le Couronnement de la Vierge par Jésus entouré des archanges Gabriel et Michel. Un autoportrait du sculpteur apparait dans l’angle droit du tympan (personnage tenant un livre ouvert sur lequel figure le nom « Conradus »). Ce tympan est une version archaïsante d’un modèle francilien en vogue au début du 13e siècle et qui apparaît au portail sud de la cathédrale de Strasbourg vers 1225.

Historique : Un conflit entre Frédéric II de Hohenstauffen et le Duc de Lorraine entraine la construction des remparts de Kaysersberg en 1227. La construction de l’église de la Sainte-Croix ne saurait être antérieure à celle de la cité.

Galerie photos

En savoir plus

Kaysersberg est située sur une ancienne voie romaine qui reliait la plaine d’Alsace au versant lorrain des Vosges. Au 13e siècle, on construit le château, un rempart urbain et l’église paroissiale sous l’impulsion des Hohenstaufen.

À la suite d’importantes transformations effectuées au 15e siècle, il ne subsiste de l’église romane primitive que quelques éléments à l’intérieur et, à l’extérieur, ce remarquable portail avec son tympan historié.

Ce portail à ressauts présente une tendance archaïsante. Edifié vers 1235, il est orné de voussures en plein-cintre séparées pas des boudins. Les impostes et les chapiteaux portent des aigles, des sirènes et des palmettes.

Cet ensemble a été réalisé vers 1235. Il représente le couronnement de la Vierge, assise à la gauche du Christ. Les archanges Michel et Gabriel les encadrent.

Le style est celui d’un sculpteur local, de tradition romane qui copie une œuvre gothique importante et novatrice, mais les attitudes des personnages restent figées. Cette œuvre est inspirée des tympans du portail sud de la Cathédrale de Strasbourg. On trouve aussi des similitudes avec les tympans de Sigolsheim et Bâle.

L’artiste ou l’architecte, est représenté sur ce tympan, tenant un livre portant son nom : Conradus.