Feldbach

Église Saint-Jacques

Présentation

Ancienne église conventuelle de bénédictines sous obédience de l’abbaye de Cluny, ce sobre édifice date du second tiers du 12e siècle. Il est construit sur un plan basilical à trois nefs charpentées se terminant chacune par une abside en cul-de-four. Le transept n’est pas saillant. La façade, dite « à l’italienne », reprend la structure intérieure. L’originalité du bâtiment tient dans la répartition de l’espace. Les trois premières travées de la nef, qui accueillaient les paroissiens, s’ouvrent sur les bas-côtés par des arcades en plein-cintre reposant sur des colonnes, tandis que les trois dernières (orientales), qui accueillaient les moniales, sont pleines, bouchées par un mur. le décor de Feldbach se distingue des édifices du 12e siècle en Alsace par des chapiteaux à feuillage inspirés du style corinthien, ornés de cartouches remplis de sculptures en méplat dont on retrouve des parallèles en Franche-Comté et en Bourgogne.

Historique : Feldbach est un prieuré clunisien fondé par le comte de Ferrette à la suite d’un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle. Dédiée à la Vierge marie et à Saint Jacques, l’église sert de sépulture au fondateur et à ses descendants. Ce prieuré était dirigé par l’abbaye de Cluny.

Galerie photos

En savoir plus

Cette église est ce qui reste d’un prieuré clunisien fondé par Frédéric 1er, Comte de Ferrette, en 1145.

Au 12e siècle, le Sundgau, domaine des comtes de Ferrette, est intégré à l’évêché de Bâle. Le prieuré de Feldbach a été administré par la puissante abbaye de Cluny durant tout le Moyen Âge. À cette époque il abritait une trentaine de moniales. En 1790, le prieuré est fermé, l’église devient alors exclusivement paroissiale.

L’église de Feldbach est un édifice à trois nefs. Le chœur est composé d’une abside et de deux absidioles dans le prolongement de la nef centrale et des bas-côtés. Le matériau utilisé ici est une pierre calcaire du Sundgau.

Le clocher hors-œuvre est un ajout construit en style néo-roman en 1909. À son emplacement et aux abords immédiats, au nord de l’église, se trouvaient les bâtiments du couvent, aujourd’hui disparus. L’église a retrouvé son intégrité d’origine après une importante restauration achevée en 1977.

Le rythme des ouvertures, une suite d’oculi et de baies en plein cintre, retranscrit à l’extérieur l’ancien partage intérieur de l’édifice, pour les moniales d’une part et les fidèles de l’autre.